Réduction drastique des pertes d'eau et d'énergie

Des systèmes de pompage Grundfos modernes redonnent de la vitalité à une vieille centrale soviétiqueErzhan Aubakirov, directeur de la compagnie des eaux d'Oskemen Vodokanal au Kazakhstan, nous fait visiter le site vieillissant de l'entreprise hébergeant des pompes récentes HS Grundfos, ces dernières font partie du programme de mise à niveau du 21e siècle. Deux des dernières pompes sur site dataient des années 1898 et 1902.
Étude de cas - compagnie des eaux

Un panneau géant, façon Hollywood, sur lequel est écrit "KAZAKHSTAN" surplombe Oskemen, la capitale de la province est du pays. Mais la ressemblance avec la destination américaine de rêve s'arrête ici, obscurcie par les nuages de fumée tournoyants en provenance des cheminées de la zone industrielle locale.

Sa situation géographique a rendu Oskemen très attrayante sur le plan industriel. Le territoire autour de la ville est riche aussi bien en métaux qu'en eau, notamment car c'est là que l'Oulba se jette dans l'Irtych. Cependant, le boom industriel a été menacé il y a une dizaine d'années lorsque le système d'approvisionnement en eau de la ville a commencé à s'effondrer du fait d'un équipement obsolète. Il s'agissait là d'un cas extrême de maintenance sans cesse remis à plus tard.

Photo : les habitants d'Oskemen ont la chance de vivre sur l'un des rares territoires possédant d'importantes ressources en eau du Kazakhstan. Au début des années 2000, cependant, les équipements de la ville servant à l'approvisionnement en eau étaient en piteux état. Les pertes d'eau sur le réseau s'élevaient à 50 % il fallait donc puiser beaucoup plus d'eau qu'il était nécessaire. Oskemen Vodokanal, l'organisme gestionnaire des équipements d'adduction d'eau, a lancé un programme de modernisation en 2009. Depuis, les fuites d'eau ont connu une diminution significative, réduisant ainsi la quantité d'eau à pomper.

Des années difficiles
En 2001, quand Erzhan Aubakirov, l'actuel directeur, a été promu ingénieur en chef d'Oskemen Vodokanal, l'organisme d'état chargé de gérer les équipements d'alimentation d'eau de la ville, l'entreprise n'arrivait pas à joindre les deux bouts. "L'entreprise croulait sous les dettes, et cette situation durait depuis des années,"se souvient Aubakirov.

L'équipement commençait à se faire vieux et comptait même quelques matériels datant d'avant que le Kazakhstan ne fasse partie de la république soviétique. Son remplacement s'imposait, mais Oskemen Vodokanal n'avait pas les moyens de le faire. L'entreprise devait en effet maintenir des prix bas pour attirer les investisseurs dans la région, et il n'était pas possible de lever des fonds pour la modernisation sans aide extérieure.

Cette situation était sans issue : l'entreprise n'avait aucun moyen de lancer un programme de rénovation, et cela devenait problématique. Sur toute la quantité d'eau puisée en 2008, presque la moitié a été gaspillée dans des process dépassés avant de pouvoir atteindre les usagers.


Remplacer nos vieilles pompes était l'un des objectifs principaux de notre programme de modernisation. Nous utilisions encore une pompe datant de 1898 et une autre de 1902.

Erzhan Aubakirov, directeur d'Oskemen Vodokanal

Un nouvel équipement
En 2009, l'année où Aubakirov a pris la direction d'Oskemen Vodokanal, l'état a mis sur pied des programmes de modernisation des services d'intérêt public et des réseaux.

"Remplacer nos vieilles pompes a été l'un des objectifs clé de notre programme de modernisation, explique Aubakirov. L'une de nos pompes datait de 1898 et une autre de 1902."

L'appel d'offres a été lancé et les propositions ont commencé à arriver. C'est le bureau local de Grundfos qui a remporté le contrat. L'une des clauses stipulait que les nouvelles pompes devaient être livrées avant le règlement intégral de la prestation. Le reste serait payé au cours de l'année, financé en partie par les économies réalisées sur le coût de l'énergie.

Le nouvel matériel a été installé et l'amélioration a été immédiate. "C'est comme une nouvelle génération de téléphone portable, affirme Aubakirov. Vous avez juste à la brancher et ça marche."

Photo : deux mécaniciens contrôlent l'équipement d'adduction d'eau de la centrale d'Oskemen Vodokanal.

Des factures revues à la baisse
Oskemen possède de nombreux postes de captage situés dans la vallée, à la fois le long de l'Irtych et le long de l'Oulba. L'eau doit donc être acheminée hors de la vallée à l'aide de pompes. "Nous consommons beaucoup d'énergie, explique Aubakirov. Nous pompons l'eau dans des puits de 40 m de profondeur et continuons à la pomper jusque dans les collines."

Mais le matériel fourni par Grundfos a beaucoup contribué à faire baisser les coûts énergétiques, confie-t-il. "En 2013, les économies d'énergie globales réalisées sur tous les équipements fonctionnant avec du matériel Grundfos s'élevaient à 26.5 %, soit 30 millions de tengue (environ 200 000 USD)," explique-t-il.

En fait, la consommation totale d'électricité de l'entreprise est plus faible qu'elle ne l'était en 2010, même si d'autres installations ont été construites depuis. Et l'entreprise puise moins d'eau dans les puits, grâce à la réduction des fuites. En 2012, la quantité totale d'eau puisée a été de 30 % de moins qu'en 2008, selon l'entreprise.

La renaissance d'une station de captage
La station de captage d'Elevatorny, desservant quelques 30 000 personnes, a été la première à être complètement rénovée et équipée en matériel Grundfos.

Elle fonctionnait depuis 1974 quand l'expansion de la ville s'est orientée vers le sud, sur la rive gauche de l'Irtych, s'éloignant ainsi des cheminées industrielles.

La modernisation d'Elevatorny s'est étalée sur quasiment deux années et s'est terminée en 2011. "Il ne reste que les vieux murs," déclare Aubakirov avec satisfaction.

Photo : les pompes doseuses DDI ont apporté, à Oskemen Vodokanal, une solution moderne de traitement de l'eau.

 

Lors de la refonte, la station a été dotée de 11 pompes submersibles au niveau des puits, plus deux pompes à double entrée ainsi qu'un nouveau système de traitement de l'eau réduisant les dangers liés à au traitement du chlore.
Le personnel peut contrôler le process de traitement à travers un regard sans avoir à porter de masque.

"C'est du passé, tout ça - les contrôles par les autorités chargées de la sécurité et les contrôleurs du respect des normes d'état, confie Aubakirov. Nous n'en avons plus besoin à présent."

Les améliorations à venir
Après la modernisation, Oskemen Vodokanal deviendra enfin rentable. Pour Aubakirov, cependant, l'établissement n'en est qu'à ses débuts en termes de réalisation de projets. D'autres programmes de modernisation prévoient le remplacement du réseau de canalisations de la ville, grâce notamment à un programme d'investissement du gouvernement s'étalant de 2013 à 2015. Ce programme fait état de l'aspect totalement dépassé de certains segments du réseau de canalisations d'Oskemen.

Aubakirov souhaiterait également que l'idée de la conservation de l'eau fasse son chemin dans l'esprit des habitants de la ville plutôt réfractaires à l'idée d'installer des compteurs d'eau. "Avant, personne ne se souciait du rendement, ne calculait rien, explique-t-il. C'était une erreur de l'économie communiste."

Mais au bout du compte, la modernisation ne se résume pas à des calculs de comptabilité, ajoute Aubakirov. C'est aussi une question de durabilité de l'approvisionnement en eau et d'amélioration de l'environnement. "Après tout, dit-il, c'est pour toute la population".

Photo : le bureau de l'établissement de l'eau d'Oskemen Vodokanal à Oskemen au Kazakhstan

Les systèmes de pompage Grundfos modernes d'Oskemen
Grundfos a fourni les équipements suivants au poste de captage d'Elevatorny :

• 11 pompes immergées SP 215 de 37 kW
• 2 systèmes de désinfection Selcoperm 1000 à base d'hypochlorite
• 2 amplificateurs de mesure/contrôleurs DIA (Dosing Instrumentation Advanced)
• 6 pompes doseuses numériques DDI
• 5 pompes HS350-250-630 pour station de relevage, 315 kW
Cliquez ici pour en savoir plus sur les solutions de pompage Grundfos optimisées pour le secteur de l'eau.





    Facebook Twitter LinkedIn Technorati